TERR-O-R

AFFICHE

Contexte de production

En pleine formation, sujet d’étude: Le conseil régional PACA a pour objectif de sensibiliser et responsabiliser le jeune public à l’écologie au travers de conférences qui seront données dans les lycées et collèges. En prologue de ces conférences cette institution souhaite diffuser un film court (environ 3 minutes) qui aurait pour message: « N’attendons pas demain pour être écocitoyen ». Nous devons réaliser ce film de commande.

Fiche technique et artistique

Année : 2007
Durée : 3’25 min
Ecrit et réalisé par : Lionel Farrugia
Cadreur : Mehdi Bribech
Monteur et interprète : Mathieu Meunier
Musique : Summer Presto (Antonio Vivaldi) / Vivaldi Tribute (Patrick Rondat)
Production : AV²
Thème : Ecologie

SYNOPSIS

Français

Excédée par l’usage que l’on fait d’elle, la nature prend à parti une jeune conscience, et lui propose une vision de ce qu’elle pourrait devenir demain si le comportement humain vis-à-vis d’elle ne changeait pas.

Porté par la nature, par sa nature, le jeune homme parcourt
l’un après l’autre les éléments qui l’entourent.
Successivement, il se retrouve confronté à leurs versions polluées et/ou perturbées.

Témoin impuissant de ces paysages sinistrés, sa conscience lui fait ressentir les maux dont serait victime la planète au travers de perceptions violentes auxquelles son esprit trop sensible succombe.

…Mais ces paysages ne sont pas tous ainsi, la nature nous propose encore de jolis spectacles, le jeune homme le sait ; il n’a plus qu’à agir pour éviter le pire…

Anglais

Exasperated by the ruthless way men exploit the Earth, Nature confronts a young soul, and shows him what will become of the planet, if humanity goes on behaving as it does.
Carried forth by Nature, and by his very own nature as well, the young man wanders in the surrounding landscapes, and is successively exposed to brutal visions, where everything is alarmingly polluted. He is in fact simply shown the impending sinister, and his sensitive mind can’t take it.
… but all is not lost, and Nature still has beauties to show. The young man knows it. If he acts now, the worst can be prevented.

 

NOTE D’INTENTIONS

Ce film n’est pas un catalogue de gestes à accomplir pour devenir « un bon éco-citoyen », il a pour seule fonction de faire réagir un public vers la nécessité de devenir un éco-citoyen.
Cette réaction pourrait se définir comme le 1er acte éco-citoyen ; le but étant l’ « auto responsabilisation » ou au moins une réflexion pour pouvoir débattre pendant la conférence.
Nous prenons l’intervention de la nature comme premier point de vue, car il nous semble que l’homme n’est capable d’agir sous la contrainte de manière efficace que lorsqu’il est guidé par une force supérieure à la sienne.
Cette dernière, cible son personnage, un jeune homme, car lui comme toutes celles et ceux de sa génération représentent son futur. Le voyage qu’elle va lui faire accomplir, c’est quelque part la réalisation d’un voyage intérieur, un parcours initiatique au sein duquel il faudra qu’il comprenne qu’il est au centre de ces 3 éléments qui sont la terre, l’air et l’eau, avec lesquels il doit recréer ses liens.
Cela déclenchera en lui une réaction : la prise de conscience d’une nécessité à adopter dès maintenant un comportement éco-citoyen, car s’il y a souffrance et destruction de la planète, cela passera obligatoirement par celle de l’homme.
Le slogan signifie les notions de Droit/Devoir – Donner/Recevoir : La terre donne le droit de vie à l’homme, l’homme a le devoir de faire vivre la terre. Le slogan signifie les notions de Droit/Devoir – Donner/Recevoir.
Utiliser ce style de personnage comme témoin (fonction au travers de laquelle on pourrait définir un ressenti) permet au public cible de s’identifier, donc d’être plus réceptif, et dans le même souci, ce produit se présentera sous la forme d’un clip à un rythme très soutenu, donc comportant une avalanche de plans, car c’est une esthétique bien plus adaptée à ce type de public.

CHOIX ESTHETIQUES :
A part un son de respiration au début, dans le but de bien rester dans « l’esprit clip », tout le reste du film sera monté sur une illustration musicale qui guidera le propos (l’extrait de l’été des 4 saisons d’Antonio Vivaldi).
Elle sera mixée sur 2 versions : la classique, Summer Presto d’Antonio Vivaldi signifiant une perception normale de l’environnement aura un rythme plus « lissé », et la métal, Vivaldi Tribute de Patrick Rondat soulignant de la perturbation et de la violence pour le futur aura un rythme plus « haché ». L’alternance de ces 2 versions soulignera le passage d’un état à un autre. Le noir et blanc parfois saturé et très contrasté permettra plus de violence dans les images, de manière à agresser et perturber de manière plus significative le public, tandis que la couleur aura pour effet de le rassurer.
Les parties du corps filmées en gros plans auront des correspondances avec les éléments de la nature : Pieds = Terre / Bouche = Air / Œil = Eau. P.S : La place de l’éco-citoyen : (Triangle) Terre/Air/Eau ;
Il apparaît aux transitions qui sont en fait les étapes de son chemin initiatique, Le corps étant lié à la terre, la destruction du corps (bataille perdue) symbolisera la destruction de la planète. La renaissance qui signifie une prise de conscience, le premier geste d’un comportement éco-citoyen, son combat peut dès à présent commencer.

SA diffusion

 

2007 – FIFE (PARIS)
2008 – MONACOLOGY
2008 – Entreprise HYDRO (Toulouse)
2008 – FIFE (Bourges)
2008 – Guangzhou International Documentary Film Festival (CHINE)
2009 – Terra Festival (Guadeloupe)
2009 – LCM (La Chaîne Marseille)
2009 – Southern Short Film Festival (Chine)
2010 – Rencontres Cinéma – Nature (Dompierre-sur-Besbre)
2010 – Festival Nature Namur
2010 – Dynamo Project (Afrique)

Distinction

affiche et témoignage